Les salariés heureux au travail seraient deux fois moins malades, six fois moins absents, 9 fois plus loyaux, 31% plus productifs et 55% plus créatifs.

L’idée que les salariés sont plus efficaces lorsqu’ils sont heureux au travail s’est imposée ces dernières années pour la plupart des dirigeants d’entreprises. Cette quête du ”bonheur au travail”, dont une des dernières manifestations est la création dans plusieurs entreprises d’une fonction éminente de Chief Happiness Officer (CHO), est la réponse positive et optimiste aux événements sociaux dramatiques qu’ont connu plusieurs grands groupes ayant vécu des réorganisations massives.

Pour accéder à l’article intégral, cliquez ici.