QUESTIONS SNECA REUNION DP DU 31 MAI 2017

 

 1/ Le nouvel organigramme présenté au CE le 25/04 dans le cadre du projet de réorganisation du CRCM prévoit le maintien du poste de DGR. En raison de l’absence de l’actuelle DGR depuis décembre 2016, le SNECA CFE CGC souhaite savoir sous quel délai la Direction prévoit de combler de manière pérenne la vacance de ce poste.

Par respect pour le titulaire du poste, le remplacement pérenne n’a pour l’instant pas été mis en oeuvre, dans l’attente de visibilité sur son état de santé. Par ailleurs, dans le cadre de la réflexion sur l’évolution de l’organisation du CRCM, le maintien du poste de Directeur CRCM devait être validé. Le maintien du poste a été décidé.

A ce stade, en fonction de l’évolution de l’état de santé du titulaire, il est envisagé de pourvoir ce poste de façon pérenne à compter du 4ème trimestre 2017. Dans cette attente, un soutien actif a été apporté à l’équipe par les DGR vosgiens, et une présence régulière de managers DDM a été organisée.

 

2/ Nous constatons que les 2 postes de Responsable de développement professionnels dans les Vosges n’ont toujours pas été pourvus (vacants depuis janvier 2017). Compte tenu des besoins importants en terme de formations et d’accompagnements des nouveaux promus sur ces métiers spécialisés, et au vu de nos ambitions légitimes sur ce marché, dans quel délai ces postes seront-ils pourvus ?

La procédure de remplacement a été initiée très rapidement mais d’importantes difficultés ont été rencontrées, notamment le refus par plusieurs collaborateurs des postes.

Actuellement, des rendez-vous avec des candidats potentiels sont organisés par la DRH et la DRS. A l’issue de ces entretiens, une short liste sera proposée aux deux Directions concernées (DRS et DDM) pour validation.

 

3/ A l’ère du numérique, les secrétaires de caisses locales pourraient-ils être pourvus d’un ordinateur portable ? (animation de conseil, suivi des actions locales, budgets, rédactions de PV, conformité contrôle caisse locale…)

Une étude sur la nécessité, la faisabilité et le coût d’une telle évolution est en cours. Une réponse sera apportée ultérieurement.

 

 

 

4/ Dans un souci de qualité et de respect de la réglementation, pourrait-on informer par sms ou mail automatique les clients pour qui l’on modifie le plafond carte à zéro dans un souci de qualité relation client ?

  • Si l’on parle de risques client : d’une manière générale, la mise à zéro des plafonds cartes liée au risque et avant la mise en opposition abusive, doit engendrer une information de l’agence au client par une lettre préventive informant du risque de fichage BDF,
  • Si l’on parle du risque de fraude sur notre client : nous pouvons être amenés, dans certains cas, à mettre les plafonds à zéro suite à alerte. AVEM, notre Prestataire, doit contacter le client téléphoniquement, laisser un message et au bout de 48 h l’alerte est transmise au siège , qui retransmet à son tour en agence et cette dernière contacte le client par tout moyen,
  • Enfin, un projet qui n’est pas en place , mais dont le déploiement devrait se faire courant 2017, consiste pour AVEM à envoyer un sms en cas d’alerte fraude sur le porteur de la carte. Il n’est pas possible d’automatiser l’envoi d’une information.

Il convient a minima de prendre contact avec le client directement pour l’informer des mesures prises par l’Agence.

 

5/ La première sortie de la REC individuelle interpelle un grand nombre de collaborateurs, qui ressentent une injustice liée à une REC tournée plus sur le compte rendu que sur l’activité. En outre, les critères pris en compte sur l’évolution des bamistes génère de fortes disparités liées au stock initial (effet de base). La Direction envisage t’elle une révision de cette REC Individuelle afin de la rendre plus juste et compréhensible ?

La REC individuelle matérialise les contributions attendues par chaque ligne de métier et de manière équilibrée en matière de :

– Pro activité (traitement des évènements PRCM) et connaissance client (projets clients et enrichissement base clients)

– Développement de la relation digitale (évolution bamistes et déposes propositions)

La REC sur l’item d’évolution du nombre de bamistes est calculée en progression par rapport à un point de départ constitué du nombre de bamistes du portefeuille. Son suivi est accessible pour chaque conseiller sur la mire de pilotage / tableau de bord agence / multicanal / usages des canaux par nos clients.

Pour information, le taux de bamistes de la Caisse régionale est largement inférieur aux CR de son quartile, puisque elle est en dernière position. Plus globalement, la grande majorité des RAC est automatisée, et les critères concernés sont souvent mesurés sur l’évolution du portefeuille. La Direction de la Distribution restera vigilante sur ce point.

Les critères de REC individuelle reprennent des éléments essentiels pour répondre aux nouveaux modes d’interaction que les clients attendent, dans un environnement dont le caractère multicanal ne cesse de monter en puissance. De même, l’évolution du taux d’atteinte de la REC individuelle sera suivie avec attention.