PARIS, 2 juin (Reuters) – La commission des sanctions de l’ACPR a infligé un blâme et une sanction de 10 millions d’euros à BNP Paribas, jugeant insuffisant dans le passé le dispositif de la banque en matière de lutte contre le blanchiment, qui a depuis été amélioré.

Dans un communiqué, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) souligne que ces sanctions répriment « plusieurs insuffisances importantes » du dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LCB-FT) en France de la banque et, plus particulièrement, de son organisation en matière de déclarations de soupçon à Tracfin, l’organisme dédié du ministère de l’Économie et des Finances.
Pour accéder à l’article intégral, cliquez ici.