PARIS, 2 juin (Reuters) – La commission des sanctions de l’ACPR a infligé un blâme et une sanction de 10 millions d’euros à BNP Paribas, jugeant insuffisant dans le passé le dispositif de la banque en matière de lutte contre le blanchiment, qui a depuis été amélioré.

Dans un communiqué, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) souligne que ces sanctions répriment “plusieurs insuffisances importantes” du dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LCB-FT) en France de la banque et, plus particulièrement, de son organisation en matière de déclarations de soupçon à Tracfin, l’organisme dédié du ministère de l’Économie et des Finances.
Pour accéder à l’article intégral, cliquez ici.