Depuis le 7 février dernier, les Français sont censés pouvoir changer plus facilement de banque grâce au mandat de mobilité issu de la loi Macron. Mais dans les faits, le nouveau dispositif affiche de nombreux dysfonctionnements, liés notamment à l’impréparation de certaines banques et à l’imprécision des règles d’application. Explications avec Etienne Jaouen, manager au sein du cabinet de conseil Ailancy.
Pour accéder à l’article intégral, cliquez ici.