Quand un emprunteur signe son prêt immobilier, la banque lui réclame quasi systématiquement d’ouvrir un compte courant et d’y domicilier ses revenus. Un décret et une ordonnance, à paraître prochainement, devraient encadrer cette pratique.

Lors d’une négociation de crédit immobilier, la question du compte courant est abordée plutôt tardivement. Et l’ouverture d’un compte bancaire, par lequel transitent les revenus et où sont prélevées les échéances, apparaît alors comme naturelle dans le discours du banquier. Pourtant, d’un point de vue juridique et réglementaire, la banque ne peut forcer son client à domicilier ses revenus, sauf dans certains cas bien spécifiques. Mais, pour obtenir un taux avantageux, difficile de refuser…

Pour accéder à l’article intégral, cliquez ici.